80% des nids de cormorans écossais ont révélés des traces de plastique

Du plastique a été trouvé dans 80% des nids de cormorans, vivant pourtant sur une île écossaise inhabitée. Les chercheurs ont mené une enquête sur plus de 1 500 nids sur Lady Isle dans le Firth of Clyde et ont découvert, en moyenne, que près de 4 sur 10 contenaient du plastique (la quantité variant d’une espèce à l’autre).

PlastiqueNidsCormorans01
© Crédit Photo : SkyNews

Les cormorans étaient les espèces les plus touchés, avec 80% de leurs nids contenant une certaine forme de débris plastiques, selon l’équipe dirigée par l’Université de Glasgow. L’équipe a découvert que les nids au nord de l’île, qui sont plus proches de la marée sortante du continent, étaient plus susceptibles de contenir du plastique, ce qui suggère que ces déchets proviennent bien du continent.

PlastiqueNidsCormorans02
© Crédit Photo : PA / Internewscast

Un peu plus de la moitié (53,5%) des nids des grands goélands à dos noir contenaient du plastique, tandis que pour les goélands argentés étaient touché à plus du tiers (35,6%). On pense que les différents comportements de construction des nids des oiseaux sont à l’origine de la différence.

Les cormorans peuvent avoir plus de plastique car ils réutilisent leur nid chaque année. Ils sont donc plus susceptibles d’accumuler des débris plastiques.

PlastiqueNidsCormorans03
© Crédit Photo : SkyNews

La recherche suggère que le plastique a été apporté sur l’île par des vagues, où il a été collecté par les oiseaux et incorporé dans les nids, plutôt que par les oiseaux le collectant dans les zones bâties. Le plastique peut fragiliser les nids, avoir un impact sur les œufs et les poussins, sans compter le risque pour les oiseaux de s’y emmêler.

Ils se retrouvent dans des nids d’oiseaux marins, non pas parce que les oiseaux marins les ramassent activement dans les zones bâties et les transportent jusqu’à leur nid, mais parce qu’ils sont amenés là passivement par les courants marins.

a déclaré le Dr Ruedi Nager, écologiste des oiseaux marins et maître de conférences à l’Université de Glasgow

Source de l’article: Sky News