En France, on mange des dauphins !

Encore deux dauphins ont été découverts dimanche après midi sur la plage LA TORCHE près du Guilvenec, en Bretagne.

France-mange-dauphins03
© Crédit Photo: Sea Shepherd France

L’un d’eux a été dépecé pour être mangé. Des recettes de “dauphin piqué à l’ail” circulent dans le milieu de la pêche comme cela nous a été rapporté par plusieurs sources. Un secret de polichinelle.

Pendant que le gouvernement tente de rassurer et affirme continuer à “travailler” avec les comités des pêches pour enrayer une hécatombe qui dure depuis 30 ans, nous continuons nos patrouilles toutes les nuits dans le Golfe de Gascogne. Le prix du poisson dans les assiettes, c’est aussi ça.

3 jours plus tôt, il s’agit d’un autre dauphin qui a été retrouvé mort sur la plage de Porsmoguer à Plouarzel, Finistère.

Les années noires se suivent et se ressemblent pour les dauphins en France. Malgré l’annonce d’un PNA (Plan National d’Action) du gouvernement annoncé pour Décembre et qu’on attend toujours. Malgré l’obligation de répulsifs acoustiques pour les chalutiers : répulsifs qui consistent à repousser les dauphins en dehors de leur zone de nourrissage vers des eaux sans poissons…. On a vu mieux pour préserver l’espèce.

Et malgré l’interdiction de chalutage sur le plateau de Rochebonne.

Le corps de ce dauphin n’est qu’un parmi tous ceux qui coulent en mer et qu’on ne retrouve jamais. Il porte des marques caractéristiques de captures et vue la taille des entailles, il ne s’agit vraisemblablement pas d’un chalutier cette fois. Il y a des centaines de fileyeurs dans le Golfe de Gascogne, chacun peut légalement poser jusqu’à 100 km de filet par jour !! Le Golfe est un terrain miné pour la vie marine.

Nous sommes tous responsables de ça : les politiques qui n’adoptent pas les lois nécessaires, les pêcheurs qui continuent à pêcher ainsi alors qu’ils savent qu’ils sont en train de détruire la mer et les consommateurs qui mangent du poisson sans se poser de question.

Nous devons tous agir à nos niveaux respectifs ou nous devons cesser de prétendre que nous avons des espèces marines protégées en France, ça n’est pas le cas puisque nous ne nous en donnons pas les moyens.

En ce qui concerne Sea Shepherd, nous continuons à passer nos nuits dans le Golfe pour documenter les opérations de pêche sous les menaces, les insultes et les projectiles de certains pêcheurs (pas tous). Et nous y reviendrons, jusqu’à ce que des SOLUTIONS SERIEUSES soient mises en place. Pas d’autre mesure que l’interdiction de toutes les méthodes identifiées comme non sélectives sur ces zones fragiles.

Les milliards d’euros alloués au secteur de la pêche doivent financer la reconversion des pêcheurs concernés plutôt que de financer la destruction de l’océan.


Source: Sea Shepherd France FB