20t de thon non déclarées saisies sur 2 navires irlandais

Note Sea And Human : Ces 20 tonnes illégales de thon sont malheureusement trop commun. Les pêches autorisées de thons sont déjà beaucoup plus que ce que les scientifiques préconisent, alors si on ajoute la pêche illégale, les océans seront bientôt vides.

© Crédit Photo : — Source : Ouest France

Des opérations de contrôle, en date des 24 et 26 août, ont été menées conjointement par les autorités irlandaises et la Direction interrégionale de la mer Nord Atlantique Manche Ouest (Dirm Namo). Résultat : 20 tonnes de thon blanc non déclarées saisies, dans le port de Douarnenez, sur deux navires irlandais.

C’est extrêmement rare, sur Douarnenez on n’a jamais vu ça commente un professionnel de la pêche. Du 24 au 26 août 2019, trois inspecteurs de la Direction interrégionale de la mer Nord Atlantique Manche Ouest (Dirm Namo), accompagné d’un quatrième inspecteur irlandais procèdent à des contrôles dans le cadre d’une coopération communautaire entre la France et l’Irlande. Cette opération, précise un communiqué de la Préfecture de région, a pour objectif de lutter contre les activités illégales de pêche et de commercialisation de thon germon, espèce soumise à des quotas de pêche européens, dans le cadre d’une pêche durable et responsable.

Deux des quatre navires irlandais contrôlés ont en réalité sous-déclaré leur pêche: sur 140 tonnes de thon blanc du golfe de Gascogne, 20 tonnes n’étaient pas inscrites au journal de pêche électronique.

Nous avons procédé à la saisie du montant de la pêche illégale. À 2,50 € le kilo de thon germon, la saisie s’élève à 50 000 €, détaille la division de contrôle des activités maritimes de la Dirm Namo. Si la saisie n’interdit pas la commercialisation de la marchandise, en revanche les capitaines de pêche verbalisés et l’armateur devraient régler la facture. Les capitaines risquent également 22 500 € d’amende chacun et l’armateur cinq fois ce montant soit plus de 100 000 € d’amende.

Les autorités irlandaises sont également susceptibles de prononcer des sanctions administratives.

La coopération avec les autorités irlandaises se prolonge au mois d’octobre et des inspecteurs français participeront à leur tour à des contrôles en Irlande.

Nos enquêtes sont complètement indépendantes des événements liés au Brexit.

a division de contrôle des activités maritimes de la Dirm Namo

Source de l’article : Ouest France