La Norvège fait un pas pour le futur et refuse de forer l’Arctique

La Norvège refuse de forer dans l’arctique, même si ça leur coûtera cher. En effet, elle renoncerait à des milliards de barils de pétrole. L’in­dus­trie pétro­lière norvé­gienne est sous le choc après l’an­nonce du parti Travailliste norvé­gien.

© Crédit Photo : Life in Norway

Au cours du week-end du 6–7 avril 2019, le parti d’op­po­si­tion a en effet retiré son soutien du projet de forage d’ex­plo­ra­tion pétro­lière, au large des îles Lofo­ten, dans l’Arc­tique. Au parle­ment, une majo­rité solide s’op­pose désor­mais à l’ex­ploi­ta­tion de cette zone natu­relle, consi­dé­rée comme l’une des merveilles du pays, rapporte Bloom­berg.

Des études estiment que l’ar­chi­pel norvé­gien pour­rait abri­ter entre un et trois milliards de barils de pétrole.

L’en­semble de l’in­dus­trie est surprise et déçue.

Karl Eirik Schjott-Peder­sen, le président de la Norwe­gian Oil & Gas

La déci­sion du parti Travailliste s’ins­crit dans une volonté de la part du pays de s’éman­ci­per de sa prin­ci­pale source de richesse, le pétrole, pour des solu­tions plus respec­tueuses de l’en­vi­ron­ne­ment.

Certains acteurs incon­tour­nables du secteur pétro­lier avaient ainsi déjà renoncé à exploi­ter les terri­toires de Lofo­ten. De son côté, Indus­try Energy, le plus grand syndi­cat norvé­gien du pétrole, critique son allié de longue date et déplore la nouvelle posi­tion du parti, qui soute­nait le projet depuis près de deux ans.

Cela crée des déséqui­libres dans les discus­sions poli­tiques, pour un secteur qui dépend d’une vision à long terme, et nous ne pouvons l’ac­cep­ter.

Frode Alfheim, le diri­geant du syndi­cat

Il va pour­tant falloir faire avec.

Note Sea and Human: C’est un beau geste pour la planète de la part de la Norvège. Espérons que d’autres gouvernement suivront cette voie qui préfère le futur que le profit immédiat.


Source de l’article: Ulyces