La Norvège tue des baleines pour leur nourrir les animaux « utilisés » pour leur fourrure

Cauchemar pour le bien-être des animaux – sans demande de viande, le gouvernement norvégien dispose d’un moyen horrible et pervers de maintenir ces chasses cruelles et inutiles.

Alors que l’industrie baleinière norvégienne se prépare pour le début de la saison de chasse à la baleine 2019, il est temps d’examiner à nouveau les opérations qui sont largement et fermement condamnées pour des raisons écologiques et de bien-être des animaux. En l’absence de marché intérieur pour la viande, la chasse subventionnée par le gouvernement norvégien est désormais principalement destinée à l’alimentation animale et à l’exportation vers le Japon. Des documents précédemment publiés par l’Agence de recherche sur l’environnement (EIA) et l’Animal Welfare Institute (AWI) indiquent que les élevages de fourrures norvégiens ont utilisé de la viande de petit rorqual pour nourrir les animaux destinés à l’industrie de la fourrure.

En 2014, plus de 113 tonnes de viande de baleine (équivalant à la quantité de viande commercialisable provenant de 75 petits rorquals) ont été livrées à Rogaland Pelsdyrfôrlaget, le plus grand fabricant d’aliments pour animaux pour l’industrie de la fourrure norvégienne.

Les organisations demandent la fin de la chasse à la baleine en Norvège. Jusqu’à 880 petits rorquals seront abattus cette année, malgré la baisse de la demande de viande de baleine en Norvège. Dans le passé, l’industrie norvégienne des aliments pour animaux de compagnie utilisait de la viande et de la graisse de baleine non désirées, jetées à la mer ou brûlées.

La chasse à la baleine est intrinsèquement cruelle et n’a pas sa place dans une société civilisée. Tuer ces animaux magnifiques et sensibles pour nourrir des animaux souffrant dans des fermes à fourrure montre pourquoi le monde entier s’oppose à la chasse à la baleine et démontre clairement que les Norvégiens n’ont aucun besoin légitime de viande de baleine.

a déclaré Susan Millward, directrice exécutive de AWI

La chasse à la baleine de la Norvège, qui bénéficie d’un soutien important de la part du gouvernement norvégien, fait l’objet d’une objection au moratoire de 1982 sur la chasse commerciale à la baleine menée par la Commission internationale de la chasse à la baleine (CBI). Le quota auto-attribué de 2016 – qui devrait se situer autour de 880 baleines (contre 1 286 en 2015) – a été fixé par le gouvernement norvégien à l’aide d’une formule que les scientifiques de la CBI ont jugée « insuffisante » en termes de performances de conservation. Il ignore une résolution de 2001 de la CBI appelant la Norvège à cesser toute activité de chasse à la baleine et de commerce de ses produits dérivés.

Depuis 2012, la Norvège tue plus de baleines chaque année que tout autre pays et, au cours des deux dernières années, a tué plus de baleines que l’Islande et le Japon réunis. Il a également augmenté ses exportations de produits à base de baleine en dépit d’une interdiction internationale de ce type de commerce – expédiant 172 tonnes de viande et de graisse au Japon depuis 2014.

Des documents supplémentaires obtenus montrent que les inspecteurs de la compagnie scientifique japonaise de chasse à la baleine, Kyodo Senpaku, ont accompagné un certain nombre de voyages de chasse à la baleine en Norvège – afin de dissiper les inquiétudes concernant la viande de baleine norvégienne contaminée entrant au Japon.

La chasse à la baleine en Norvège viole le moratoire sur la chasse à la baleine approuvé par la communauté internationale et se poursuit malgré la baisse drastique de la demande de produits à base de baleine en Norvège. La quantité croissante de produits de baleine exportés de Norvège vers le Japon et l’utilisation de baleines pour nourrir une industrie de la fourrure tout aussi cruelle et controversée sont inacceptables. Il est temps que la Norvège mette fin à la chasse commerciale à la baleine.

a déclaré Jennifer Lonsdale, directrice de l’EIA.

En 2015, la Norvège a exporté respectivement 258 et 1 000 tonnes de peaux de renards et de visons vers l’Union européenne, la majeure partie étant importée par le Danemark et la Finlande.

EIA et AWI se joignent à l’organisation basée en Suisse OceanCare et à l’organisation allemande Pro Wildife pour exhorter les pays membres de la CBI à prendre des mesures contre la Norvège pour son flambée de la chasse à la baleine et à son commerce.


Source de l’article: EcoHustler

%d blogueurs aiment cette page :