Le Japon a tué 50 baleines dans la zone protégée de l’Antarctique

Le Japon a tué 50 baleines dans la zone protégée de l’Antarctique.

La divulgation ces abattages, menées dans un vide juridique, intervient alors que le Japon cherche à affaiblir davantage l’interdiction mondiale de la chasse commerciale.

C’est WWF qui a révélé que les baleiniers japonais ont tué plus de 50 petits rorquals dans une zone de protection marine de l’Antarctique cette année.

Cette révélation a lieu le jour de l’ouverture de la réunion annuelle de la Commission baleinière internationale au Brésil, présidée par le Japon, qui cherche à relancer la chasse commerciale à la baleine. Tuer des baleines à des finslucratives a été interdit en 1986, mais des pays comme la Norvège et l’Islande se sont accordés des exemptions.

Le Japon se permet de chasser les baleines dans le cadre d’un « programme scientifique » et qui vend toujours la viande. La chasse de 2018 a conduit à la mort de 333 petits rorquals dans l’océan Austral, dont 122 femelles enceintes.

L’analyse d’un document du comité scientifique de la CBI par le WWF montre que trois navires japonais ont tué des dizaines de petits rorquals dans une partie de la zone de protection marine de la mer de Ross en janvier et en février 2018. Toute chasse est interdite dans cette région pour protéger la vie marine, y compris les baleines bleues, à bosse, les petits rorquals et les orques, les manchots empereurs et les phoques de Weddell.

Cependant, l’organisme de 24 nations qui a approuvé la MPA – la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique – ne contrôle pas la chasse à la baleine dans la région. La Cour internationale de justice a statué en 2014 que le Japon devrait annuler tous les permis de «chasse à la baleine» existants dans l’océan Austral, mais le Japon s’est simplement octroyé un nouveau permis pour tuer des centaines de petits rorquals de l’Antarctique jusqu’en 2027.

« Des milliers d’autres espèces sont protégées dans cette partie de la mer de Ross, il est donc choquant et absurde que les petits rorquals ne le soient pas »

a déclaré Rod Downie, conseiller en chef du WWF.

«La bannière de la« chasse scientifique à la baleine »doit cesser une fois pour toutes. La CBI et la CCAMLR doivent travailler ensemble et prendre des mesures immédiates pour remédier à ces lacunes actuellement exploitées par le Japon pour garantir la protection de ce sanctuaire océanique pour les générations futures.

Lors de la réunion de la CBI, le Japon souhaite autoriser la chasse à la baleine dont les populations sont jugées élevées et créer un comité «d’utilisation durable».

Il ne pouvait pas y avoir de meilleure opportunité

a déclaré un responsable du gouvernement japonais.

Les tentatives précédentes visant à affaiblir l’interdiction existante ont échoué et il est peu probable que le Japon réussisse à modifier les règles. Les conservateurs ont appelé les autres nations à rejeter les propositions.

Si le Japon réussit, ce serait une victoire massive pour ces baleiniers voyous qui ont défié l’interdiction internationale de la chasse commerciale à la baleine et un désastre absolu pour les baleines du monde

a déclaré Clare Perry à l’UK’s Environmental Investigation Agency.

Le Japon, l’Islande et la Norvège ont collectivement tué au moins 38 539 grandes baleines depuis 1986. De nombreuses espèces de baleines ne se sont pas encore remises d’une surpêche dans le passé et font face à des menaces existentielles croissantes allant du changement climatique à la pollution marine par les produits chimiques, les plastiques et le bruit.

a-t-elle aussi déclaré.


Sources : The Guardian

%d blogueurs aiment cette page :