Un 4ème bébé dauphin est né à Planète Sauvage

Un quatrième bébé dauphin vient de naître à Planète Sauvage. Avant lui, il y eut Amani et Nouma mais aussi la fille de Parel tuée par Lucile dans le bassin-hôpital en 2015, ce que le delphinarium préfère oublier, comme il préfère oublier Aïcko, Minimos et Théa…. 

© Crédit Photo : — Source : Dauphin Libre

Il y a quelques semaines, Parel, une femelle grand dauphin, a donné naissance à un petit delphineau d’environ 12 kg. Ce sera son troisième enfant et la quatrième naissance survenue dans les bassins du parc marin de Port-Saint-Père.

Le premier bébé de Parel était une jeune femelle, née en août 2015 et qui n’avait pas encore reçu de nom. Le nouveau-né avait placé dans un bassin-nursery avec sa mère Parel et une femelle de 26 ans, Lucile. Celle-ci, très déprimée d’avoir été séparé de ses deux enfants restés à Harderwijk, avait tué l’enfant de Parel lors d’une violente bagarre.

© Crédit Photo : — Source : Dauphin Libre

Un comportement absolument impossible en milieu naturel, mais fréquent en bassin, puisque le Parc Astérix avait connu semblable infanticide en 2015, avec la mort d’Aloha. Dans une société de dauphins normaux, – c’est à dire libres – les filles, les sœurs, les cousines, les tantes, les enfants en bas-âge se regroupent tous autour de la matriarche qui les guide. Les mâles s’éloignent en pairs ou en trios pour aller affronter d’autres mâles d’autres clans, au gré d’alliances complexes. Les femelles, elles, ne se battent jamais entre elles.

Le deuxième enfant de Parel s’appelle Nouma. Il est né en septembre 2016 de père inconnu. Juste avant lui, en août 2016, Amtan, l’autre femelle du parc, avait donné naissance à un fils, surnommé Amani.

Et le quatrième enfant né au parc est donc ce nouveau bébé de Parel qui ne manquera pas d’être baptisé au terme d’un jeu-concours sur le plus beau prénom. 

En mère expérimentée, elle a immédiatement amené le petit vers la surface prendre sa première respiration. Parel allaite son petit régulièrement et il prend déjà du poids.

explique Planète Sauvage

Le parc raconte même comment s’est passée la période de gestation.

Tout au long de la gestation, Parel s’est vu proposer des échographies régulières par l’équipe vétérinaire permettant aux équipes animalières, vétérinaires et scientifiques de se préparer pour le jour J. 36 heures avant la mise bas, un bassin spécialement conçu à cet effet a été réservé pour que Parel se prépare tranquillement.

[ On ] a mis en place une surveillance audio et vidéo 24h/24h, permettant de collecter des données fondamentales pour mieux comprendre les premières étapes de la vie chez les cétacés.

Planète Sauvage

Mais surtout pour prévenir que le fâcheux incident de 2015 ne se répète.
Car les dauphins sauvages n’ont que faire des précieuses données récoltées par Planète Sauvage, ils élèvent leurs enfants fort bien tout seuls et préféreraient sans doute que Planète Sauvage milite plutôt pour la fin de la pêche au filets dérivants !

On ignore encore si le nouveau bébé est un mâle, auquel cas le bassin de Planète Sauvage en comptera beaucoup trop, avec Péos, Océan, Galéo, Amani et Nouma face à deux malheureuses femelles, Parel et Amtan.  

Peu d’informations filtrent sur la vie quotidienne des dauphins à Planète Sauvage.
Mais lorsqu’on se souvient de la mort atroce du petit Aïcko , rossé à mort par ses co-détenus, ou les souffrances de Galéo, longtemps victime lui aussi de bizutages féroces, quand on pense à la pauvre Théa qui avait pu survivre au monstrueux Windsor Safari Parc en Grande-Bretagne mais mourut presque à l’arrivée après son transfert à Planète Sauvage, on a de bonnes raisons de craindre sinon pour la vie, du moins pour la santé mentale de ce nouvel esclave de l’Industrie du Divertissement.

© Crédit Photo : — Source : Dauphin Libre

Notons que l’annonce de cette nouvelle naissance sonne aussi comme un pied de nez à la face des associations actuellement réunies autour de François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, pour discuter de la captivité animale en France.

L’un des points chauds qui sera notamment abordé est notamment l’interdiction faite aux delphinariums de continuer à produire des dauphins clowns pour assurer la perpétuation de leurs entreprises. La naissance de trois bébés depuis l’arrêté de Ségolène Royal a certainement valeur de symbole.
Au point où nous en sommes, à quand un beau bébé pour notre Wikie l’orque ? Même si elle n’a pas trop le choix de ses partenaires : ses deux fils ou son frère…


Source de l’article : Dauphin Libre