Deux phoques retrouvent la liberté au pied du Mont-Saint-Michel

Deux phoques, veau-marin et gris, ont été relâchés jeudi 7 février 2019 dans le Couesnon au pied du Mont-Saint-Michel (Manche) par l’équipe d’Océanopolis de Brest (Finistère). Les deux mammifères marins s’étaient échoués en Bretagne il y a trois mois.

C’est avec une certaine émotion que les scientifiques d’Océanopolis de Brest (Finistère) ont procédé à la libération des deux phoques jeudi 7 février 2019, en début d’après-midi, au pied du Mont-Saint-Michel. Les mammifères marins se sont échoués au mois de novembre 2018 sur les côtes bretonnes, à deux endroits différents, dans un triste état.

Elle était très affaiblie et faisait de l’hypothermie.

Augustin Rufflé, vétérinaire à Plouër-sur-Rance (Côtes d’Armor), présent lors du lâcher

Le médecin a apporté les premiers soins au phoque veau-marin qui s’était échoué près de la cale. Avec Gaël Gauthier de l’association Al-Lark, spécialisée dans l’étude et le suivi des mammifères marins dans la baie du Mont-Saint-Michel, ils ont réussi à mettre l’animal hors de danger avant de le confier aux soigneurs d’Océanopolis, aquarium et centre de culture scientifique dédié aux océans.

C’est assez rare de voir des phoques s’échouer en dehors de l’été, période des naissances. Agé d’un ou deux mois, il était déjà sevré. Sans doute était-il trop faible pour chasser.

Christine Dumas, responsable mammifère marin à Océanopolis

Recueillie avec un poids d’à peine 10 kilos, la femelle veau-marine a suivi un régime revigorant à Brest. Au bout de trois mois, le phoque a pris trente kilos !

Même scénario et régime pour le second phoque, un gris, échoué à Plouguerneau (Finistère), qui a été récupéré avec un œil crevé. Lors du lâcher, il a été le plus lent à regagner le bras Ouest du Couesnon contrairement à son camarade de bassin qui a tracé direct dans l’eau. Les deux phoques devraient rejoindre leurs colonies respectives. La baie du Mont-Saint-Michel abrite la population de phoques veau-marin la plus méridionale d’Europe avec 90 individus recensés.

La population est stable.

Audrey Hemon chargée du suivi environnement au syndicat mixte baie du Mont-Saint-Michel.

La colonie de phoques gris est moins importante avec environ une quinzaine d’individus. Les deux phoques ont été bagués et marqués sur le dos de numéros afin de pouvoir les repérer lors d’un survol en ULM.


Source de l’article: Réseau Cétacés