2 phoques gris retournent à l’océan

Les deux mammifères, recueillis en février par l’association Chene, ont retrouvé la mer mardi sur la plage de Fécamp (Seine-Maritime).

© Crédit Photo : Chene/Johanna Chopin

C’était la foule des grands jours mardi après-midi sur la place de Fécamp (Seine-Maritime). Malgré le temps gris, plus de 200 personnes étaient venues saluer Muno et Selki, deux jeunes phoques gris remis à l’eau par les membres du Chene (Centre d’hébergement et d’étude sur la nature et l’environnement), l’association qui les a recueillis en février après qu’ils ont été repérés sur la plage de Calais (Pas-de-Calais).

Généralement, c’est leur mère qui les abandonne sur leur rocher lorsqu’elle a peur et qu’elle craint pour sa vie. Ça paraît dur, mais dans la nature on peut toujours refaire des bébés… C’est souvent l’activité humaine qui est fuie.

Johanna Chopin, l’animatrice nature

Incapables de nager et de se nourrir, les jeunes phoques sont donc condamnés à mourir s’ils ne sont pas trouvés à temps.

Chaque année, on organise entre deux et quatre remises à l’eau avec, à chaque fois, un ou deux spécimens. Il faut attendre que l’animal grandisse et apprenne à se nourrir seul. Généralement, cela prend plusieurs semaines durant lesquelles nous les conservons dans nos bassins.

Mardi, Muno a eu quelques difficultés à se mettre à l’eau, visiblement effrayé par le bruit des vagues.

Il a fallu l’encourager en le poussant un peu…

Bagués, les deux phoques, dont l’espèce reste menacée, seront peut-être repérés ailleurs dans la Manche par les amateurs de faune sauvage.

L’année dernière, Ciboulette, une femelle relâchée en octobre, a été photographiée sur les côtes anglaises où visiblement elle était en pleine forme !


Source de l’article: Le Parisien